L’habitat écologique

30082009

pagemaisonp115.gif

La rénovation …

 

Double vitrage ou triple!

Geothermie pour l’eau chaude et pour le chauffage si la surface du terrain suffit à chauffer toute la maison.

Panneaux solaires.

Pompe à chaleur, planchers chauffants.

Cheminée fermée, insert, cube…

Récupérateurs d’eau de pluie

Mettre en œuvre des travaux d’isolation et de chauffage écologiques demande beaucoup de convictions pour arriver à ses fins. Les obstacles ?

  • « D’abord avoir des informations sur les constructions et les matériaux écologiques : combien de m2 d’isolant sur le toit ? Combien pour les murs ? Dans quel matériau ? etc.
  • Ensuite, trouver des artisans qui acceptent de travailler avec des éco-matériaux et de manière écologique : « Je suis tombé trop souvent sur des gens du bâtiment qui ne prennent pas la peine de réfléchir à de nouveaux comportements. Sans être anti-écologiques, ils ne comprennent pas qu’il faille changer leurs façons de faire depuis des années ».
  • Dernier point difficile : le budget. Il a augmenté de plus de 35% par rapport à une rénovation classique. « Si j’avais mis des portes en pvc, garder les convecteurs électriques, pas fait les isolations des murs, du sol et des combles, ça m’aurait couté seulement 5% du total du budget. Mais j’ai préféré les solutions les plus écologiques d’emblée. Car si on ne les fait pas tout de suite, on ne les fait jamais ! ». »

 La maison passive…

La tour Elithis à Dijon

batiment tertiaire Elithis à Dijon

« La maison passive appelée aussi maison sans chauffage ou maison à énergie nulle répond à un standard de construction qui suit la norme allemande PassivHaus : une maison est ainsi considérée comme passive si ses besoins en chauffage sont inférieurs à 15 kWh/m²/an (alors que la moyenne française en besoins de chauffage pour un bâtiment classique est d’environ 250 à 300 kWh/m2/an !). »

Il s’agit d’utiliser au mieux toutes les sources de chaleur naturelles : le solaire, l’énergie corporelle.

Limiter les déperditions thermiques grâce à une isolation thermique ultra-performante, orientation des façades très étudiées, aspect compact du batiment, étanchéité à l’air, VMC double flux, triple vitrage…

 

Entretenir sa maison …

euecolabel.jpg

Arrêter d’utiliser des produits d’entretien ultra-toxiques, on reprend les astuces de nos grands-mères et les produits naturels pour un nettoyage à l’huile de coude qui sauvera la planète!

Privilégier les produits multifonctions afin de faire des économies et de limiter les dégâts sur la planète.

Les produits classiques sont des détergents toxiques souvent à base de pétrole, nocifs pour la santé : la vôtre et celle de la planète.

« 50 % des phosphates rejetées dans les eaux françaises proviennent des produits d’entretiens des ménages.

L’air intérieur de nos maisons est 2 à 5 fois plus pollué en moyenne que l’air extérieur. »

  • Aspirateur sans sac pour moins de déchets, ou mieux : nettoyeur vapeur écolo.
  • Plutôt qu’une lessive qui pollue nos rivières optez pour le savon noir, les noix de lavage ou le mélange copeaux de savon de marseille-eau bouillante. Le vinaigre blanc peut faire office d’adoucissant ou du bicarbonate de soude, naturel biodégradable, désodorise les chaussures!
  • A la place de l’eau de javel, utilisez de l’huile essentielle de thym.
  • Déboucheur de WC écolo: dans un récipient mélangez le quart d’une tasse de poudre de tartre avec une tasse de bicarbonate de soude. Laissez reposer, puis versez le dans le tuyau à déboucher suivi d’une tasse d’eau bouillante. Laissez agir.
  • « Pour des économies importantes d’eau et de détergent, pensez aux chiffons et serpillières en microfibre : sèche, la microfibre attire les poussières, humide, elle dégraisse. Elle est très absorbante et lavable en machine. »
  • Cire d’abeille ou cire végétale, huile de lin protègent et font briller les meubles et parquets. L’huile d’olive les nourrit.

« Consultez les labels. La fleur Ecolabel ou la norme NF Environnement assurent un impact minimal des produits sur l’environnement et une efficacité semblable à celle de leurs équivalents non écolos. Autre point important, la biodégradation rapide des produits et leurs emballages recyclables et/ou recyclés. »

 

Les plantes dépolluantes…

gerbera.jpg

Champignons et acariens ne cessent de prolifèrer dans un logement. « Deux ou trois plantes  dépolluantes suffisent à assainir l’air d’une pièce de 17 à 20 m². Ainsi, l’air de rien, les risques d’attraper un rhume est réduit de 30%! »

Le gerbera : Cette grosse marguerite aux couleurs chaudes et non toxique peut être conservée longtemps si on y prend soin. Par ailleurs, cette plante dépolluante absorbe presque tous les COV toxiques existants, huiles essentielles, les parfums d’ambiance et l’encens. Bien qu’elle nécessite beaucoup de lumière, vous pouvez la mettre partout dans la maison.

6a00d8345194ae69e20112790a013528a4320wi.jpg

Le chlorophytum : efficace contre le monoxyde de carbone, à placer en lumière vive et maintenir une température à 18 degrés.

Beaucoup d’autres plantes sont dépolluantes voir le site : http://www.plantairpur.fr/web2/p161_dracaena-marginata.html entre autres.

 




Isoler son habitation pour réduire notre impact sur la planète

30082009

Pour le confort et pour l’économie sur nos factures ça tout le monde le sait!

Mais pour réduire notre impact sur l’environnement en réduisant les émissions de gaz à effet de serre?

Je vote oui! Consoglobe

« Le secteur du logement, tertiaire et résidentiel, représente 46% de la consommation d’énergie nationale et est responsable du ¼ du C02 rejeté dans l’atmosphère, soit environ 100 millions de tonnes par an. Ces émissions progressent de 15% par an depuis 1990 et pourrait atteindre 125 Mt si rien n’est fait.

Un logement bien isolé et de qualité permet de limiter ses besoins de chauffage. La diffusion de la norme HQE permettra de progresser mais le nombre de logements à réhabiliter est énorme.
Le logement neuf est soumis à des normes réglementaires en matière de qualité thermique, de même que la rénovation des logements anciens.

Lutter contre le réchauffement climatique, c’est donc aussi construire des habitats écologiques. »

 

Que faut-il isoler et comment?

Les ouvertures, le plancher, les murs (par l’intérieur ou par l’extérieur), le toit, les combles.

En effet quand on parle d’isolation, surgissent les termes ponts thermiques,ventilation, déphasage…

  • Isoler les ouvertures, permet d’éviter l’air de passer entre les boiseries et le double vitrage permet d’isoler phoniquement et thermiquement.
  • Le plancher, selon certaines études les déperditions d’énergie à ce niveau sont de 15%. Les travaux peuvent être réalisés soi-même et le coût faible.
  • Les murs : par l’intérieur, avantage : ça ne modifie pas l’aspect extérieur de votre maison, accessible à tout bricoleur et moins onéreux que l’isolation extérieure.Mais la surface habitable sera réduite de part l’épaisseur de l’isolant.Et surtout l’isolation intérieure ne permet pas d’agir efficacement contre les ponts thermiques.
  • Les murs : par l’extérieur, efficace car empêche les ponts thermiques, vous aurez compris qu’à l’inverse de l’isolation par l’intérieur, elle ne modifie pas la surface habitable de votre habitat. Le but consiste à couvrir l’habitation d’un « manteau » isolant.Le prix est élevé mais garantit une grande efficacité surtout au niveau thermique.
  • Le toit, par l’extérieur : dépose complète de la couverture, ne modifie pas la surface habitable des combles.Par l’intérieur, s’assurer que la toiture est en très bon état et veiller à laisser un vide d’air entre l’isolant et la couverture pour une bonne ventilation.
  • Les combles, sous la toiture ou sous le plancher, en panneaux ou en flocon.

rub2ill1.gif

Maintenant, isoler écolo c’est mieux pour la planète… alors quels matériaux utilisés?

Restons dans l’écologie et même si rajouter du placoplâtre sur mes murs, de la laine de verre sous ma toiture serait le plus simple et le moins cher, je n’atteindrais pas le but escompté…

  • La « ouate de cellulose » dans la bouche de tous les commerciaux ou artisans qui viendront vous faire un devis…

« Elle est fabriquée avec du papier recyclé. En soi cette fabrication consomme un peu d’énergie mais beaucoup moins que celle du polystyrène. (6 kWh/m³ contre 850). On ajoute du sel de bore la plupart du temps au papier recyclé, comme adjuvant pour améliorer la résistance au feu de la ouate ainsi que sa capacité à repousser les rongeurs et les insectes. »

  • La fibre de bois, isolant naturel par excellence, bien plus performante mais plus cher chez certains artisans pas tous…Certains vous la propose au même prix que la ouate.

« Les panneaux en fibres de bois sont fabriqués à partir de résidus de bois de scieries. Il faut choisir ceux qui n’utilisent aucun liant synthétique qui seraient inutiles. En effet, la force de liaison des fibres des panneaux provient de la lignine, qui se trouve naturellement dans le bois et assurant cette fonction dans l’arbre lui-même.

Les panneaux offrent une grande résistance au vieillissement. Comme ils sont faits de composants naturels, leur élimination est facile, : ils peuvent en fin de vie être soit recyclés, soit réutilisés pour produire de l’énergie thermique. »

  • La laine de mouton, selon certains dans le temps la laine n’aurait plus les mêmes attributs et se tasserait abîmer par les mites et l’humidité.Certains pourtant propose cette laine traitée contre les mites et précise qu’elle absorbe très bien l’humidité…Sachez toutefois que les additifs antimites ont une très légère toxicité pour les animaux à sang chaud.

Pour ceux qui doutent encore de l’impact écologique entre un choix d’isolant écolo ou des matériaux courants, visitez le lien http://www.consoglobe.com/bp92-2161_maison-isoler-naturel-isolants-ecologiques.html




L’eau en danger

30082009

« Que d’eau, que d’eau ! A observer notre belle planète bleue de la Station Spatiale Internationale, difficile de croire que le monde court à la pénurie. En tout, 70% de la surface de notre planète est occupée par les eaux. En volume, cela représente la bagatelle de 1,4 milliard de kilomètres cubes.Le problème pour la consommation humaine, c’est que 97% de cette eau, soit la quasi-totalité, est salée. Sur les 3% restants, les deux tiers sont concentrés aux pôles sous forme de glace.

La peau de chagrin se réduit encore si l’on précise que l’eau douce sous forme liquide est très difficile d’accès : 98% de son volume s’étend sous forme de nappes souterraines et seuls les 2% restants forment les lacs et rivières du globe. »

Consommation domestique quotidienne moyenne par habitant

Je vous laisse découvrir nombres d’articles intéressants sur le lien http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/L-eau-en-danger/2470248.html




Les Report-Terre

30082009

Vous faire découvrir les initiatives écolo à travers le monde voilà le but des reportages présentés par ces reporters en herbe!

Pour ceux qui n’ont jamais vu cette émission, ne ratez pas la dernière (!) mardi 1 sept à 20h35 ou rediffusion dimanche prochain sur arte à 9h55!Les report-terre

Déroulement de l’émission :

-5 équipes de 2 report-terre présentent un projet, une action, un mode de vie à travers le monde à but écologique.

-Seuls 4 équipes sont en compétition et le jury décide des 2 projets gagnants à la fin de l’émission.

Ce qu’on en ressent :

-le plaisir de la découverte et de la connaissance, quand à travers un reportage l’on découvre les multiples actions mondiales pour participer à la protection de la planète.

-l’empathie aussi quand on voit l’énergie que met chacun des reporters et la joie ou tristesse ressentit lors de la nomination des projets gagnants chaque semaine.

Je vous laisse découvrir cette émission et l’apprécier.

lien http://www.france5.fr/report-terre/index-fr.php?page=accueil

ou le site france5.fr







La Connaissance de Soi et d... |
PETIT JOURNAL DES SOUVENIRS... |
c218 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La psychologie
| analyses, contestations pol...
| .:| нρoт&#...